AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 La Tour de Pise d'une enfant du siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eulalie des Isarn
Blanche hermine de 1830

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 07/02/2011

Jardin Secret
Et cette brèche?: Je n'en connais qu'une seule, celle qui fissure le cerveau des républicains et des légitimistes !
Et le coeur?: S'y trouve une loyauté sans faille pour Philippe VII !
Un secret?: Je ne les dis qu'à mon confesseur.

MessageSujet: La Tour de Pise d'une enfant du siècle   Mer 20 Juil - 21:41

LES FONDATIONS.


Je suis la fille et l'enfant unique, du duc Philippe des Isarn porté disparu en Algérie en 1847, lors de la prise de la smala voulant venger celle d’d'Abd El-Kader. Ma mère, Maryam de Blida après bien des années d'inutiles espérances est morte de chagrin. J'ai donc été très jeune orpheline puisque je ne comptais alors que quatorze ans. Grâce à la générosité de mon parrain, j'obtins d'entrer en la prestigieuse université d'Oxford. J'en ressortais deux ans plus tard, fort bien instruite et diplômée avec un goût prononcé pour l'histoire et les langues. En 1865, n'ayant nulle part où aller, mon parrain et ma marraine m'accueillirent à Orleans House, non loin de Londres.

Je côtoie depuis la famille d'Orléans déchue, j'aide le Duc d'Aumale dans son projet d'écriture concernant l'histoire des Princes de Condé dont il a hérité l'immense richesse. Ce dernier, ayant perdu toutes ses filles au berceau et ses fils de maladie, m'a fait une proposition singulière : M'adopter officiellement. Il m'aime et je l'aime avec une tendre affection, mais ce n'était pas si simple, je ne pouvais pas me détacher ainsi du souvenir de mon véritable père. Dernièrement j'ai accepté ... pourtant je dois avouer que pour moi la priorité demeure de reconquérir le trône du comte de Paris. Pour cela je dois persuader la famille royale britannique ainsi que Mac Mahon d'intervenir en leur faveur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie des Isarn
Blanche hermine de 1830

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 07/02/2011

Jardin Secret
Et cette brèche?: Je n'en connais qu'une seule, celle qui fissure le cerveau des républicains et des légitimistes !
Et le coeur?: S'y trouve une loyauté sans faille pour Philippe VII !
Un secret?: Je ne les dis qu'à mon confesseur.

MessageSujet: Re: La Tour de Pise d'une enfant du siècle   Mer 20 Juil - 21:49

CIMENT.


Une matinée bien banale à Chantilly si ce n'est cette fête annuelle et populaire à Paris, où j'aime me rendre chaque année. Des peintres impressionnistes attendent très certainement, une généreuse mécène comme moi ou comme mon parrain. Il faut dire que je ne peux qu'admirer chaque jour ses magnifiques portraits que nous avons eu tant mal à acheter pour certains, telles les oeuvres d'Ingres et de Raphaël.

Mais c'est encore toute échevelée que je dus porter secours à mon père adoptif qui s'est malencontreusement cassé une jambe en chutant de sa monture, quelques jours auparavant. Ce brave général se voit encore sur les champs de bataille d'Algérie aux temps de sa glorieuse jeunesse, refusant toute idée de vieillesse. Rassurée, je l'ai laissé plus que jamais bougon en compagnie de mademoiselle Corbier Gastins et j'ai pris la direction de Paris ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalie des Isarn
Blanche hermine de 1830

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 07/02/2011

Jardin Secret
Et cette brèche?: Je n'en connais qu'une seule, celle qui fissure le cerveau des républicains et des légitimistes !
Et le coeur?: S'y trouve une loyauté sans faille pour Philippe VII !
Un secret?: Je ne les dis qu'à mon confesseur.

MessageSujet: Re: La Tour de Pise d'une enfant du siècle   Mer 20 Juil - 22:04

BRIQUE.


Après deux heures et demi de route, me voici parvenue à Paris et c'est au XVIIème arrondissement que je demande à Félicien mon cocher de me déposer. C'est devenu un rituel pour moi que de saluer Ferdinand d'Orléans, le frère aîné et tant aimé de mon parrain. Le père de l'homme pour qui je me bats bec et ongles ! Mais je décidais de ne pas m'éterniser dans cette petite église ...

Une demi heure plus tard, j'arrivais sur les Champs Elysées pour mes achats habituels. Stands de chapeaux, de dentelles, d'artistes en tout genre, je faisais crouler mon pauvre Félicien sous le poids de mes paquets. Nous nous séparions pour qu'il fasse ses propres emplettes, quand surgie de nulle part, mademoiselle Corbier que je pensais toujours à Chantilly m'a agrippé. Poursuivies par un homme nous avons couru et tenté de lui échapper au sacrifice de ma robe à tournure. Nous étions sur le point d'y parvenir lorsque je chutais et heurtais le sol ...

(Sujet encore en cours)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Tour de Pise d'une enfant du siècle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Tour de Pise d'une enfant du siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA TOUR DE PISE
» Ici et ailleur
» ITALIE - La Tour de Pise
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: " J'AI MIS MON AME A COTE DU PAPIER ... " :: Mémoires-
Sauter vers: