AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Aux quatre vents... [RP unique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clélie Corbier-Gastins

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/12/2010

Jardin Secret
Et cette brèche?: Quelle brèche?
Et le coeur?: Vide pour le moment...
Un secret?: chut! Petits curieux!

MessageSujet: Aux quatre vents... [RP unique]   Jeu 10 Fév - 21:15

Clélie poussa la porte de la petite chambre et d’un mouvement sec, claqua la porte derrière elle. Sept étages étaient bien haut, mais elle ne pouvait faire la fine-bouche…son père avait accepté cet arrangement : la liberté de sa fille dans cette petite chambre sous combles, contre des menus services qu’elle lui rendait. Aux yeux de la jeune fille, le loyer n’était pas cher payé et elle s’accommodait avec grâce de ces sept étages à monter.

Elle partageait son quotidien entre ses visites à l’extérieur, ses livres et les bonnes qui, le soir, lui contaient toutes leurs journées. Il n’y avait rien de plus intéressant que ces bonnes ; au cœur des appartements bourgeois, au cœur même de familles aristocrates, elles étaient parfois les yeux et les oreilles de leur maîtres et même si certaines refusaient de livrer ces petits secrets, d’autres ne tarissaient pas d’anecdotes sur leurs familles. Sous un air d’innocence, Clélie conservait en vérité chacune des paroles des bonnes.

Mais sitôt la porte claquée, Clélie sentit un courant d’air et quelques feuillets volèrent dans la petite pièce. Elle se précipita pour retenir les feuilles, mais se retournant, elle aperçu le carreau brisé de l’unique fenêtre.
Elle se mordit la lèvre. Cela lui pendait au nez depuis des mois ! une fenêtre sur les toits ne pouvait par durer éternellement ! Le coeur battant, elle plongea à quatre pattes dans la pièce et fouilla ses effets ; elle jetait vêtements, carnets, cahiers et crayons ; elle secouait ses sacs, ses dossiers empilés et même ses livres. Elle compta une à une les petites pièces que contenait sa maigre tirelire et enfin, exténuée, s’assit lourdement sur le lit à ressort.

Rien ne manquait. Rien de rien. Ses yeux se posèrent alors sur une petite pierre qui avait échappé à sa vigilance. Elle l’attrapa d’un geste et soupesant le caillou, eu un sourire d’intelligence.


-Bah, certainement un sale gosse de la rue….ou bien… je suis arrivée à temps ! Selon mes calculs, il me reste donc 2heures. Je passe une robe correcte, récapitula-t-elle en écartant les jupes de sa robe tâchée de boue, je refais ma coiffure, je prends le dossier, un cab, je suis à Chantilly. Une heure, trente minutes, le vieux général devrait être satisfait de me voir arriver en avance, ajouta-t-elle dans un sourire.

Dès que la robe fut passée et ses cheveux arrangés, Clélie fit glisser au centre de son bureau un épais dossier, comprenant de nombreux feuillets entassés. C’était là la rançon d’heures de recherches, de portes claquées au nez, de litres de vin versés dans de nombreux verres. La succession d’Eulalie des Isarn, comme le lui avait demandé le duc. Sa plus belle affaire, pour un homme qui avait droit au plus grand respect.


Etre femme en 1875 se révélait être chose malaisée ; vouloir devenir policier, inspecteur ou détective était chose encore plus difficile. Mais son père avait su trouver les clefs nécessaires à Clélie pour ouvrir les portes les plus importantes et lui permettre de dégoter quelques petites affaires pour satisfaire sa curiosité. A dire vrai, certains, après quelques suspicions, trouvaient à la jeune fille une certaine innocence qui l’éloignait instantanément des soupçons.
Elle ne savait comment la machine s’était enclenchée, mais son père avait su convaincre une personne qui avait offert à Clélie les plus belles opportunités. Le duc d’Aumale, dont elle connaissait la généalogie jusqu’au XVIème siècle, s’était révélé un mentor exceptionnel, un soutien de taille pour les ambitions de la jeune fille.
Admiratif de la pugnacité d’Alphonse Corbier, poids dans la décision présidentielle de le nommer chef de la Sûreté, il avait par la suite accepté la petite main de Clélie, lui avait accordé sa confiance et lui avait non seulement ouvert les portes de sa bibliothèque de Chantilly, mais également aidé à obtenir cette thèse qu’elle lui devait.

Aujourd’hui, Clélie se sentait à jamais redevable de cette aide gratuite et en serviteur zélé, avait réuni cet important dossier pour le duc.
Elle observa silencieusement les feuilles qui débordaient du dossier cartonné et le regard brillant de fierté, le fourra dans une sacoche de cuir et passant en vitesse une épaisse cape de laine, claqua la porte de sa chambre derrière elle.
Elle plus tard pour le carreau, l’heure tournait !

Elle dévala les escaliers sans prêter attention à l’exclamation de la bonne qui remontait. La rue de Duras était encore calme et Clélie évita la rue du Faubourg st Honoré pour emprunter la rue Montalivet, moins grouillante en cette journée.
Elle héla un fiacre clos, s’engouffra dans la petite cabine et donna un ordre bref.

-A Chantilly, au plus vite !

Elle referma la petite vitre et s’affaissa sur le siège en soupirant. Elle serait à l’heure si tout se passait comme prévu. Même l’inauguration de cette statue de Victor Noir ne devrait l’empêcher de passer…son père avait failli abandonner plus d’une fois son poste au cours du mois, tant les forces de polices déployées ne parvenaient à se coordonner.
Clélie ne pu retenir un sourire lorsqu’elle croisa deux policiers en tenue. Son père, malgré toutes ses récriminations, se plaisait plus que tout à ce poste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aux quatre vents... [RP unique]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Felipe de Palma ♕ Je vogue aux quatre vents
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Formulaire d'inscription (modèle unique)
» Le site de l'anneau unique v2
» Cyclone IKE se rapproche des côtes Nord d'Haiti avec des vents de 195 kms/h

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: .::AU DELA DES FRONTIERES DE LA REPUBLIQUE::. :: 
Au coeur de la Capitale
 :: Demeures bourgeoises :: Clélie Corbier-Gastins
-
Sauter vers: